La toile est agitée ces derniers jours par un sujet pour le moins intéressant : la visite de la légende camerounaise du football Samuel Etoo. Dans ce débat pimenté, chacun en a pour son goût. La bonne dose d’excitation pour ceux qui voient en cette visite la réalisation de leurs fantasmes sportifs les plus fous. Et une montée d’adrénaline de ceux qui se demandent ce que vient faire le feu follet des surfaces de réparation dans un pays qui n’est pas fichu de défaire la Mauritanie sur le rectangle vert.

 

Où est le problème ?

Je n’ai pas l’intention de me positionner dans ce débat sur l’opportunité ou non de cette visite. La question budgétaire ne m’intéresse pas non plus dans ce billet. Par contre, j’essaie de résoudre ici sans y parvenir, le conflit que pose dans mon ciboulot, le couplage entre cette visite d’Etoo et la soirée de gala en l’honneur des champions béninois dont je vous montre ici le visuel publicitaire.

Visuel du Gala Des Champions

Visuel du Gala Des Champions

Mes doutes ont commencé à la découverte des affiches en ville. Je me suis tout de suite demandé ce que les deux avaient à voir ensemble.

La première est censée être une soirée de récompenses en l’honneur des sportifs béninois qui ont honoré le pays par leurs prestations. Des jeunes gens dont la sueur et les efforts ont fait flotter dignement les couleurs nationales allaient certainement y recevoir l’instant de quelques heures les lauriers que méritent leurs sacrifices. Quoi de plus beau ?

Nos enfants méritent en effet de grandir avec la certitude que les béninois aussi font des exploits et que nous ne sommes pas condamnés à tutoyer les planchers des tableaux de scoring à toutes les compétitions auxquelles nous participons.

Je me disais que pour une fois, sur les comptes officiels, les billboards et autres outils de communication graphique et digitale, on verrait des minets de héros béninois.

 

J’ai fait un rêve … je n’aurais pas dû.

Pour arriver à cette fin, je me disais que pour une fois, sur les comptes officiels, les billboards et autres outils de communication graphique et digitale, on verrait des minets de héros béninois. Je nourrissais le rêve qu’enfin je mettrai un visage sur les noms des vice-champions mondiaux de pétanque, des béninois ! Je m’étais dit que sur la page Facebook du ministre Homeky et celle du ministère on verrait nos médaillés de Scrabble, des sports de mains, d’arts martiaux, honorés par la république. Je me suis gouré.

J’ai beau avoir patienté jusqu’au moment de la publication de ce billet, je n’ai vu que la tronche de l’excellent Samuel Etoo et de monsieur le ministre – de belles tronches par ailleurs grâce à la maestria des photographes. Moi qui croyais que je pourrai dire à mon petit, « viens voir, ça c’est le champion du monde de ceci, c’est un béninois comme toi ».  Bon. Enfin, ça y est je me suis réveillé.

 

Le plan de Homeky : une pierre, deux coups incohérents.

Tout le monde connaît Etoo. Peut-être pas nos ancêtres au village, mais suffisamment de béninois pour que tout le cabinet du ministre et autres communicants du gouvernement insistent pour prendre une photo avec. Par contre, tout le monde ne connaît pas Romaric Houénou. Qui sait qu’il est le Médaillé d’or au lancer de Javelot avec 55 m au tournoi junior de la CEDEAO du 11 au 12 juin 2016 à Banjul en Gambie   ? Si nous avons l’intention de mettre la lumière sur le second, je considère que c’est une mauvaise idée de le soumettre à la compétition médiatique avec le premier.

La preuve en est que, toute la presse béninoise, déférant à sa triste réputation, a tôt fait d’oublier les champions béninois pour titrer à profusion sur le prodige camerounais. Qui pourrait leur en vouloir ? Lequel d’entre nous en effet, dans la position d’un professionnel des médias rechignerait à faire un papier sur Etoo ? Au mieux, pourrait-on leur demander de ne pas titrer sur des champions dont ils ne parlent pas, pour s’étaler sans fin et avec plein d’images sur un autre. A mon avis, c’est au ministre des sports qu’il nous faut poser des questions sur cette incohérence monumentale de calendrier. Les officiels et autres invités ont d’ailleurs fait comme la presse, en affichant le champion camérounais sur leurs différents profils.

Le photographe de la soirée est tombé dans le même piège. Sur à peu près 500 photos prises et partagées sur Facebook, l’excellent Boss’Art Empire nous aura quand même donné un mal fou à localiser la dizaine de photos consacrées aux champions béninois. Allez-y voir par vous-même.

Il a d’ailleurs fallu le génie d’Irawo pour qu’enfin, nous mettions la main sur la liste des champions censés être honorés ce jour là. Ils n’ont d’ailleurs pas manqué de mettre un brin d’humour cynique à l’article en le titrant “La Liste des Champions au Gala d’Eto’o“… Vous avez tout compris.

Les intérêts probables de la visite d’ Etoo pour le Bénin

On a bien lu les trop nombreuses colonnes sur les possibles intérêts potentiels pour le Benin de la visite de Samuel Etoo. Si l’on s’en tient à ces déclarations, ceux qui les font doivent reconnaître qu’on aurait pu séparer les deux événements. Les possibilités de financement, d’attirer les yeux du monde, de construire des centres, … Tout ça aurait pu être organisé dans le cadre d’une visite consacrée au seul Samuel Etoo.

Etoo aurait pu venir faire son faro et sabrer son champagne avec le Prego et son ministre Oswald Homeky sans devenir une ombre pour les champions béninois. Il aurait pu venir prospecter les possibilités d’investir dans notre sport et bla bla bla … sans venir disputer avec nos héros les feux des projecteurs qu’ils n’ont que très rarement l’opportunité d’expérimenter.

Et surtout qu’on ne me dise pas qu’il pourrait servir de modèle aux champions béninois. Si tel était le programme, il suffirait de l’envoyer voir nos écureuils footeux pour les transformer en footballeurs. Depuis qu’ils le regardent à la télévision, s’ils ne savent pas comment faire pour marquer des buts, c’est trop tard pour eux. Mais ça c’est un autre débat. En attendant, j’en aurai fini en disant au ministre Homeky qu’il peut mieux faire.

 

Monsieur le ministre, révélez le sport béninois, pas Etoo !

 Etoo qui vient parader en présence de nos leaders et faire des annonces sur des projets à l’étape de considération mentale çà ne ressemble pas à la rupture avec le passé. Ce que nous avons vomi c’est ce que vous nous ramenez là. Nous on attend du concret.

Avant que de nous construire des bâtiments gigantesques au stade de l’amitié, commencez déjà par nous montrer que vous faites mieux côté entretien que vos prédécesseurs.

Je n’ai pas non plus besoin de vous dire qu’on veut des championnats dignes du nom au plan national dans ce pays. Et ça, on n’a pas besoin d’Etoo pour les organiser.

Vous ne le savez que trop bien, monsieur le ministre. A la fin, on ne se souviendra pas des jolies photos que vous avez prises avec Samuel Etoo. Les générations futures enterreront votre nom dans le cimetière des déceptions ou alors le hisseront au firmament des accomplissements pérennes. Tout dépend de vous.

 

Arnaud Karl Job

Un béninois qui vient de payer une nouvelle taxe au gouvernement révélé.